Pensées d'un chaton confiné mais pas déconfit

Episode 1 - Pensées d'un chaton confiné mais pas déconfit

Par SOPHIA DRISSI, publié le mardi 31 mars 2020 12:11 - Mis à jour le mardi 31 mars 2020 15:56
Vous avez un message !.png

Episode 1 - Pensées d'un chaton confiné mais pas déconfit

         Je m'ennuie, je m'ennuie, je m'ennuie... Je tourne en rond, rond, rond ! (je sais ronronner en le disant mais vous ne pouvez pas l'entendre, quel dommage, si, si, je vous jure !). Mais avant toute chose, que je me présente ! Je m'appelle Petit Proust, je suis un chat chaton de 10 mois et comme mon nom le prédestinait, j'adore lire. Pour ceux qui ne savent pas (encore) qui était Proust, je vous invite à vite rattraper le temps perdu en cliquant ici !

         Pourquoi est-ce moi qui vous écris aujourd'hui au lieu de Mme Drissi ? Que je vous explique... J'ai décidé de prendre la parole vu que l'autre, ma maîtresse a visiblement d'autres chats à fouetter... Brrr, je ne sais pas pourquoi je viens d'écrire ça, j'en ai le pelage tout hérissé maintenant ! Plus sérieusement, je crois que quelque chose de (très) grave se trame dehors parce que quand je la regarde, elle n'a pas l'air d'être dans sa gamelle... dans son assiette ! Elle ne sort plus et ça, ça n'arrange pas mes affaires ! Visiblement ce truc, à l'extérieur de ma maison, ça n'a pas l'air d'être du pipi de chat, parce que j'ai remarqué par la fenêtre que depuis deux semaines maintenant, il n'y avait pas un chat et ça, c'est bizarre ! Je vais donc mener ma petite enquête... parce que là pour l'instant, même une chatte n'y retrouverait pas ses petits !

         En tout cas, ce que je remarque, c'est que jusqu'à présent, avec ma pote (un autre chat, je vous la présenterai peut-être un jour, on verra... Là, elle dort et il ne faut jamais réveiller le chat qui dort !), on était libre d'aller à notre guise dans la maison et dans la cour. Mais ça, c'était avant. Alors certes, on peut toujours sortir dans la cour, sauf que maintenant, notre maîtresse sort avec nous ! Je vous jure ! Elle nous observe et attention, si on a le malheur de s'approcher un peu trop du mur qui nous sépare du jardin des voisins, elle bondit. Littéralement. Bon, du coup, au départ, j'avoue, on ne va pas se mentir, j'en jouais un peu, ça m'amusait de la voir se raidir nerveusement et de voir ses yeux se remplir d'une supplication muette. En plus, vous gardez ça pour vous, mais je ne sais pas encore sauter au dessus de ce mur, il est bien trop haut pour moi, mais chut ! Alors à petits pas feutrés, très lents et faussement nonchalants, je me dirigeais vers le mur, tout en gardant un œil rivé sur elle. Elle, sur ses gardes, le dos bien droit, me fixait avec une extrême attention. Et à la dernière seconde, lorsque je savais qu'elle allait m'appeler (oui, j'adore jouer au chat et à la souris), hop, hop, hop, je modifiais légèrement ma trajectoire et, l'air faussement innocent, je choisissais d'aller renifler une pâquerette. Mais au bout de quelques jours, je me suis lassé de cette petite distraction. J'ai trop l'impression d'être en prison avec cette promenade surveillée dans une cour bordée de hauts murs...

         Bon après, heureusement, je suis plus petit que vous, genre beaucoup beaucoup beaucoup plus petit, donc forcément ma maison me semble immense, question d'échelle quoi, mais ce qui change, et j'insiste, ça me change vraiment beaucoup, c'est que ma maîtresse, elle, elle partait au travail, toute la journée avant... Du coup, on était tranquille avec ma pote. Sitôt seul, j'allais dans la bibliothèque et je lisais toute la journée ! Parfois, je lisais pour moi, parfois je lisais à voix haute pour ma copine ou pour les plantes (j'ai lu que ça les aidait à pousser) ou bien, si on avait de la visite, pour une mouche ou un moustique ou une araignée. Alors que là... Mais là... Oh la la, vous ne pouvez pas imaginer l'enfer que je vis : notre maîtresse est toujours dans nos pattes, toujours à nous étreindre, toujours à nous couvrir de bisous, toujours à nous chercher du regard, toujours à nous appeler et c'est tout bonnement insupportable ! Et surtout moi, je ne peux plus lire autant ! Sauf la nuit, la nuit, je lis, j'ai la technique, je sais tourner les pages d'un livre aussi silencieusement qu'un battement d'ailes de papillon ! Sinon, comment justifier le fait que oui, oui, oui, je suis un chaton savant ? Ceci dit, j'ai bientôt lu toute sa bibliothèque mais je ne suis pas fou au point de m'en aller lui piquer ses livres de chevet : ce serait une opération suicidaire et je ne suis pas un chamikaze.

        

Voilà donc, la situation ici, et c'est pas folichon, faut l'admettre... Du coup, je m'interroge : Est-ce parce qu'elle n'a plus le droit d'aller au travail ? Mais pourquoi ? Que se passe-t-il en ce moment ? Qui a le pouvoir d'empêcher mon humaine de sortir ? Un maître ? Une maîtresse ? Ou alors, une attaque d'extraterrestres ? Ou la guerre ? Ou une dépression ? Mais qui toucherait tout le monde au même moment ? Et pourquoi, n'avons-nous plus le droit de sortir dans la cour sans surveillance ? Alors, pour m'informer (et savoir combien de temps encore allait durer cette torture), j'ai décidé de lui piquer son ordinateur dès potron-minet (à l'aube, quoi) et là, en l'allumant, première page, j'ai découvert la To Do List que ma maîtresse s'est programmée et qui n'a pas avancé d'un poil ! Il y avait l'adresse d'un site Internet : celui de ses rubriques CDI sur l'ENT...

         Moi qui ne savais pas du tout où mon humaine travaillait ni ce qu'elle faisait comme métier, j'ai découvert les photos de son CDI, de livres qui le remplissaient et des élèves qui le fréquentaient ! Et comme j'ai bientôt fait  le tour de la bibliothèque de ma maison en long, en large et en travers, je me suis dit que si je l'aidais à avancer dans son travail, peut-être, je croise les griffes, je dis bien peut-être, les griffes des pattes avant et des pattes arrières, elle pourrait un jour, m'emmener dans son CDI pour que je découvre de nouveaux auteurs, de nouvelles histoires, de nouveaux voyages !

         Et c'est ainsi que moi, Petit Proust, chaton de 10 mois, vous écris à présent parce que quand le chat n'est pas là, les souris dansent, vous savez ce que c'est ! En tout cas, j'espère que vous allez vite me réemprunter ma maîtresse pour pouvoir respirer un peu la journée, par pitié ! Et puis, je crois que vous lui manquez aussi un peu...     

Petit Proust

PS : Si vous voyez des fautes d'orthographe dans mes épisodes de confinement, dites-le moi, je ne me vexerai pas, après tout, je n'ai que 10 mois ! :-)

Commentaires

Aucun commentaire